Les réseaux sociaux peuvent être dangereux pour votre boulot. Découvrez plusieurs cas de personnes qui ont perdu leur travail à cause d’un message non approprié.

En France, virer quelqu’un de son job n’est pas si facile que ça. En revanche aux Etats-Unis c’est différent, vous pouvez vous faire licencier du jour au lendemain. Voici le top 12 des messages sur les réseaux sociaux qui ont provoqué un licenciement.

JOB DE MERDE

Un tweet d’une jeune américaine qui s’est faite virer à cause d’un message fait le tour des réseaux sociaux. Ce n’est pas la première personne qui se fait rattraper par ses déclarations sur internet. Petit tour d’horizon de cas où les personnes se sont trop exprimées sur les réseaux sociaux.

 

PAS DE BOULOT POUR AVOIR CRITIQUÉ SON JOB AVANT D’AVOIR COMMENCÉ

On vous présente pour commencer le fameux Tweet dont on vous parlait juste au-dessus. Elle ne voulait pas commencer son “job de merde” le lendemain, son boss lui a dit de rester chez elle, “bonne chance pour ta vie sans argent et sans travail”.

Connor Riley n’était pas encore embauchée, qu’elle critiquait déjà son futur job. Dommage parce qu’elle était fraîchement diplômée de l’Université de Berkeley en Systèmes et Management de l’information. “Cisco vient de m’offrir un travail ! Maintenant je dois considérer le fait d’avoir un bon gros salaire contre le fait d’aller tous les jours à San Jose et détester mon travail”.

NUE, MOUILLÉE ET DÉFONCÉE

Une professeur de mathématiques d’un Lycée du Colorado s’est faite virer à cause de son tweet pas vraiment adapté pour une prof. Elle a tweeté “nue. mouillée. défoncée.”, avec une photo d’elle en train de fumer un gros pétard. Un dérapage qui ne pouvait la mener ailleurs qu’au licenciement. “La drogue c’est mal m’voyez”.

 

DES TACOS À L’URINE

Juillet 2012, Cameron Jankowski a eu une envie présente. Cet employé de la chaine de fast-food Taco Bell était bien content de montrer qu’il faisait pipi sur une commande du restaurant. Quand on lui a reproché son geste, il a déclaré ne pas avoir servi la commande, mais le mal était fait et il s’est fait virer.

 

A CAUSE DES BOUTONS DE SON UNIFORME

Tim Chantarangsu était employé dans une pizzeria californienne en 2009. Alors qu’il venait de recevoir son nouvel uniforme, il a tweeté “les nouveaux boutons noirs sur le col sont la pire merde de tous les temps”. Un message qui n’a pas plu à son employeur qui a décidé de résilier son contrat dès le lendemain.

 

DÉGUISÉE EN VICTIME D’ATTENTAT

A l’occasion d’Halloween cette jeune femme de 22 ans n’a pas trouvé de meilleure idée que de se déguiser en victime des attentats du marathon de Boston. Un acte de mauvais goût qui lui a valu un lynchage sur Twitter, et un licenciement par son employeur qui n’a pas souhaité la soutenir.

 

VIRÉ POUR AVOIR TWEETÉ QU’UNE STAR DE LA TÉLÉ EST PARTIE SANS PAYER

En 2009 Jon Barrett Ingels, serveur dans un restaurant, s’est fait virer pour avoir dénoncé une actrice sur Twitter. Celle-ci n’avait pas son portefeuille sur elle pour régler la note de 13,44$ et a fait mine de se rendre à son véhicule pour récupérer de l’argent. Malheureusement, elle n’est jamais revenue, ce qui a provoqué la colère du serveur. Outré par la situation il a dénoncé cette action sur Twitter. Malgré le fait que l’agent de la star soit revenu régler la note le lendemain, le serveur s’est fait licencier.

 

MAUVAISE IDÉE DE TROLLER AVEC LE COMPTE DE LA SÉCURITÉ NATIONALE

Jofi Joseph était un des responsables de la Sécurité Nationale aux Etats-Unis. En 2011 il s’est fait virer après avoir utilisé un compte twitter du gouvernement pour critiquer la politique américaine, fait des déclarations sur des membres du gouvernement, divulgué des informations secrètes, et enfin rédigé des messages misogynes. Pas très malin tout ça…

POMPIERS VIRÉS POUR SEXISME

A Toronto, deux pompiers ont perdu leur job pour avoir dénigré les femmes. Ils ont twitté des messages comme “Je ne laisserais jamais une femme me botter le cul. Si elle essayait quelque chose, je serais genre, Hey ! Renvoie ton cul de salope dans la cuisine et fais moi une tarte” ou encore “Taper une femme derrière la tête est-il considéré comme un abus ou un moyen de redémarrer le cerveau ?”. Des messages odieux qui valent chers. 

HUMOUR NOIR

Faire de l’humour avec le Sida en Afrique c’est vraiment pas recommandé. Justine Sacco, directrice de communication d’une grande compagnie informatique, n’a pas eu conscience de sa bêtise en twettant ce message “Je pars en Afrique. J’espère que je n’attraperai pas le SIDA. Non, je rigole, je suis blanche !”. Un tweet de très mauvais goût qui lui a valu son job. Depuis, elle a quitté les réseaux sociaux. Sage décision…

 

MALADE PENDANT LES VACANCES

“Après 2 semaines et 3 jours de vacances, ça va être dur, très dur”, un message banal sur les réseaux sociaux lors de notre retour de vacances. Sauf que dans ce cas précis, l’employé était censé être en arrêt maladie. Le patron a justifié son licenciement en disant qu’il avait trouvé des choses très intéressantes sur Facebook. L’employé a tenté d’expliquer que ce compte Facebook était aussi utilisé par sa femme, mais comme il était impossible d’identifier l’auteur du message il a quand même été viré.

 

CA ARRIVE MÊME AUX PERSONNALITÉS DE LA TÉLÉ

En 2013 suite à l’arrêt de son émission Seriez vous un bon expert ?Julien Courbet a vivement critiqué les choix de la direction de France 2 et a lâché plusieurs messages sur Twitter. Des propos qui n’ont pas été du goût de France Télévision qui a décidé de remercier son animateur. Depuis Julien est passé par TMC et fait les beaux jours de D8 depuis la rentrée.

Voilà pour ce top 12 des tweets (proposé par hitek), qui ont mené à un licenciement. Et vous, vous tweetez n’importe quoi sur les réseaux sociaux ? 

Source: hitek.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.