Chercher un emploi en ligne, élargir son réseau, passer des entretiens à distance… Le numérique offre de nombreuses possibilités pour décrocher le boulot de ses rêves.

Viadeo, un dénicheur d’offres

ViadeoIls sont plus de 10 millions en France à avoir leur profil sur le réseau professionnel Viadeo pour gérer leur carrière ou trouver un emploi. Chaque mois, 5 millions de visiteurs uniques, dirigeants, salariés ou demandeurs d’emploi, viennent consulter les CV en ligne des uns et des autres et observer ce qui se passe sur la planète travail. Confronté à la concurrence féroce de l’américain LinkedIn et malmené financièrement, le petit Français ne baisse pas les bras et entend rester un passage obligé pour tous ceux qui cherchent un job. Ses utilisateurs représentent plus de 30 % des actifs en France, 90 % des cadres en France et 70 % des entreprises françaises. « Nous avons plus de 25 000 offres d’emploi en ligne mais grâce à tous nos services, nous aidons nos abonnés à avoir accès au marché caché, toutes ces annonces qui ne sont pas publiées », explique Claire Fouquerand directrice marketing de Viadeo. Le site français est de plus en plus présent sur le mobile, qui génère plus de 53 % du trafic.

LinkedIn, prisé par les cadres et maintenant les étudiants

LinkedIn_LogoLe géant américain a posé ses valises en France il y a tout juste 13 ans avec pour mission de « connecter les professionnels du monde entier pour les rendre plus productifs ». Comme sur Viadeo, l’inscription est gratuite, et dans l’Hexagone, 11 millions de personnes se sont dessiné un profil (sur 433 millions de membres en tout). « En allant sur LinkedIn, vous vous faites connaître en faisant du réseautage, vous partagez des informations et vous trouvez du travail », explique Xavier Oliel, directeur talent solutions chez LinkedIn France. Si à ses débuts, le réseau était essentiellement prisé par des cadres supérieurs, «son usage s’est démocratisé et aujourd’hui, les étudiants sont la population qui croît le plus vite ». Le réseau vient ainsi de lancer aux Etats-Unis une application pour ces derniers qui devrait arriver en France dans le courant de l’année. En revanche, les petites et moyennes entreprises sont encore peu présentes sur les réseaux professionnels.

Le bon coin : numéro 1 des sites d’emploi privés

Leboncoin.frSi, à l’origine, Leboncoin est une gigantesque brocante en ligne, il s’est imposé comme le numéro 1 des sites privés pour la recherche d’emploi. « Elle a explosé depuis 3 ans et aujourd’hui, elle comptabilise 2,6 millions de visiteurs uniques tous les mois », confirme son directeur général Antoine Jouteau. Pour grimper sur la première marche et séduire notamment les TPE et les PME, Leboncoin n’a pas hésité à casser les prix. Près de 260 000 offres d’emploi sont proposées et leur durée de vie moyenne est de 15 jours. « Notre site est accessible au plus grand nombre car il est simple et nous l’améliorons sans cesse », explique le dirigeant. En février, Leboncoin a ainsi perfectionné son application mobile qui permet désormais la géolocalisation. Dans la recherche d’emploi, c’est un vrai plus et l’utilisation du mobile pour regarder les annonces est en forte croissance. Quitte à reprendre son bon vieil ordinateur pour envoyer son CV !

Twitter ou comment trouver un emploi en 140 signes !

TwitterLe célèbre réseau de microblogging et ses 300 millions d’abonnés à travers le monde est de plus en plus prisé par ceux qui cherchent un job. Site facile d’accès – tout le monde peut y suivre tout le monde – il permet de suivre l’actualité des entreprises. Et même de s’adresser à elles directement, puisque toutes gazouillent désormais sur Twitter. De plus en plus d’opérations « spécial emploi » sont également organisées sur le site. Le collectif #i4Emploi, qui regroupe quelque 1 000 influenceurs bénévoles cumulant 1 million de followers, est très actif. Le principe ? Il aide les personnes en recherche d’emploi en partageant leur CV à tout son réseau. Un coup de pouce qui leur permet de gagner en visibilité auprès des recruteurs. Le 19 mai, le site Monster lancera, lui, sa deuxième Journée européenne de l’emploi sur Twitter. Durant 24 heures, les candidats et employeurs européens pourront y échanger via le hashtag #VotreJob.

Facebook se rapproche des PME

facebookSelon les médias américains, les photos de familles et de soirées n’ont plus trop la cote sur le premier réseau social au monde (1,6 milliards d’abonnés). Car même s’il faut être « amis » pour voir ce que l’autre publie sur son mur, les facebookers sont eux aussi de plus en plus soucieux de leur e-reputation. Pour trouver un job, Facebook est devenu à son tour un passage quasi obligé. Dans le monde, plus de 20 000 entreprises rendent leurs offres d’emploi disponibles sur leur page Facebook et en moyenne 1 650 000 candidats postulent sur le réseau social chaque mois. En France, il est très proche des petites entreprises. L’opération « Les PME recrutent » a permis la mise en ligne de plus de 100 000 offres d’emploi de TPE-PME sur la page Facebook. Gratuite pour l’entreprise comme pour le candidat, elle a, selon Facebook, généré 48 590 candidatures dans les 6 derniers mois (de novembre 2015 à avril 2016).

Pôle emploi joue la diversification des services

Pôle EmploiService public oblige, le site de Pôle emploi recense près de 640 000 offres. Parce que 80 % des demandeurs d’emploi ont eu recours à Internet en 2014 pour leurs recherches, l’agence a donné ces derniers mois un coup d’accélérateur sur la Toile. Elle a lancé en novembre l’Emploi store. La plate-forme inédite regroupe 150 services issus de 78 partenaires agrégés de l’emploi (APEC, Regionjob, Monster, Emploi Collectivités…) qui est ouverte à tous. Afin d’améliorer « la transparence du marché du travail », ils sont « liés par une convention qui garantit la gratuité, la qualité, la légalité et la fraîcheur de leurs offres mises en visibilité sur pole-emploi.fr », insiste l’organisme, qui mise également sur le big data pour faire fléchir la courbe du chômage. Partant du constat que 75 % du marché de l’emploi est « caché », Pôle emploi a ouvert La bonne boîte, un service qui permet de cibler les entreprises ayant des perspectives d’embauche élevées dans tel ou tel secteur. Et d’être plus efficaces dans les candidatures spontanées. L’enjeu est de « mobiliser toutes les informations disponibles pour prédire les embauches des entreprises sur un territoire donné et en fonction du champ d’activité d’un demandeur d’emploi ».

Télécharger (PDF, 5.63MB)

Source : Le Parisien 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.