Pour toucher et convertir son public, les notifications Push sont un des moyens les plus efficaces, à condition de bien savoir les utiliser.

Quand ? Comment ? Combien ? Une infographique réalisée par Microsoft Azure Mobile Engagement tente d’expliquer ce qu’il faut faire et ne pas faire en matière de Push. On demande de plus en plus aux développeurs de mettre en place des notifications afin garder le contact avec sa clientèle et également pour la fidéliser. Logique ! Seulement voilà, le Push n’est pas un outil magique qui vous fera gagner à tous les coups… Il y a des règles et, au final, peu d’entreprises les suivent comme il se doit.

On arrose souvent le public de notifications génériques, or aujourd’hui les utilisateurs souhaitent une communication personnalisée. D’après l’étude de Microsoft, le fait d’adapter ses Push en ciblant, au lieu d’avoir une diffusion générale, peut améliorer de 300% le taux de conversion des utilisateurs en clients. Un chiffre qui en ferait rêver plus d’un !

To push, or not to push…

Au-delà de la diffusion d’un message, il est toujours important de savoir se différencier des autres. Chaque secteur à ses codes et le public a lui aussi des habitudes ou attentes différentes. Par exemple, le taux d’utilisation des notifications Push dans les services de voyage et de transport est de 78%, contre 35% concernant la médecine, la santé et le fitness.

Dans son analyse, Microsoft précise quelques règles pourtant basiques que certains ont tendance à oublier. Il s’agit là de penser au confort des consommateurs. Concrètement, il faut arriver à trouver le juste milieu pour être présent sans s’imposer avec lourdeur. En ajustant et en espaçant judicieusement la diffusion de message, les Push peuvent augmenter jusqu’à 200% le taux d’engagement de son public.

À l’inverse, si trop de contenus sont envoyés, les choses tournent au vinaigre. 46% des utilisateurs déclarent désactiver les notifications après en avoir reçu deux à cinq en une semaine. Au final, mieux vaut pas assez que trop !

  

Source : Microsoft via ZDNet

Laisser un commentaire