Les historiens et les sociologues des temps futurs se pencheront sans doute avec curiosité sur ce phénomène : la généralisation des adblockers sera peut-être vue comme le premier mouvement social d’envergure dans le monde virtuel. Ce boycott du retargeting, du profiling et de la publicité en ligne est-il annonciateur d’une nouvelle forme de revendication sociale dans le monde virtuel, débouchant sur une relation plus équilibrée entre les plateformes, les marques et les utilisateurs ? En attendant, les hébergeurs cloud jouent les bons élèves…

De plus en plus de gens s’interrogent sur l’efficacité du modèle économique actuel, dominé par les plateformes et leur appropriation des données personnelles. Les utilisateurs semblent rejeter massivement le flicage commercial généralisé, mais leurs attitudes quant à la vie privée sont ambiguës.
Les marques paniquent face à la logique inexorable de désintermédiation, et dépensent des fortunes pour des informations client de faible qualité. Avec la directive sur la protection des données personnelles (GDPR), applicable en mai 2018, les gouvernements européens ont pris la mesure des risques pour les Etats et les sociétés…

Message reçu cinq sur cinq par les hébergeurs et fournisseurs de services Cloud, dont la responsabilité peut être désormais directement engagée par la Directive. Sous la houlette d’OVH, certains IIAS européens viennent de publier une charte de bonne conduite (CISPE.net). Les américains, Amazon en tête, ne sont pas en reste, et garantissent tous à leurs clients un contrôle complet sur la localisation de leurs données.

L’idée évidente que les données personnelles appartiennent avant tout aux utilisateurs eux-mêmes va chambouler un pan de l’économie de l’internet. Elle met l’identité digitale au coeur du sujet : au final, l’identité de l’utilisateur est le seul dénominateur commun fiable entre tous les silos informationnels, pour une expérience plus fluide, plus respectueuse et plus efficace.

Les entreprises savent depuis longtemps gérer l’identité de leurs employés; sauront-elles gérer celle de leurs clients ? Quid des effets d’échelle sur les infrastructures ? Quid des modes d’engagement avec le client final (souvent capricieux) ? Quid des obligations légales ? C’est l’enjeu majeur qui se posera aux entreprises dès 2017.

Pour débattre de ce sujet, CXP Group et son partenaire KuppingerCole organisent les 22 et 23 Novembre prochain, le « Consumer Identity Summit » qui réunira à Paris les meilleurs spécialistes mondiaux du domaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.