Hier, c’était  l’ordinateur (fixe ou portable). Depuis peu, c’est l’avènement du smartphone et des tablettes.
Demain, régneront les objets connectés. A l’horizon 2020, Le nombre d’appareils disponibles pour se relier à internet va augmenter à une vitesse exponentielle, modifiant au passage, les usages, les comportements et les rapports que le consommateur aura établi avec son environnement…

LE CONTEXTE

En 1996, 0,4% des foyers français avaient un accès Internet, contre 84% en 2015. Aujourd’hui, 8 français sur 10, s’y connectent quasiment tous les jours. 31 millions sont devenus mobinautes. L’équipement en tablettes continue sa progression : déjà 14 millions d’unités installées. Plus d’un français sur deux achète en ligne. Enfin, 51% des français prévoient d’acquérir un objet connecté à court terme.

AUJOURD’HUI

La multiplication des terminaux

Le temps où les français accédaient à internet uniquement via leur ordinateur est révolu. Leurs modes de connexion se sont fortement diversifiés. Aujourd’hui, plus de 12 millions de français se connectent à Internet depuis 3 supports (ordinateur, smartphone et tablette). En 2015, le marché absorbera 20 millions de nouveaux smartphones, 5,3 millions de tablettes, plus de 2 millions de liseuses électroniques et 1,5 million de « Wearables » (4 fois plus qu’en 2014). 8 mobinautes sur 10 iront sur Internet quasi tous les jours depuis leur smartphone. La tablette, devient l’écran privilégié pour profiter des joies du numérique après 18 heures et le weekend. Même la télévision connectée « prend racine »…

L’accès multi-écrans devient la norme pour consommer, partager, interagir ou se divertir…

La diversification des lieux de connexion et des usages…

Avec le développement des appareils connectés, l’internaute multiplie les voies d’accès à ses centres d’intérêts (réseaux sociaux, informations, réservations, shopping…). Omniconnecté, son processus d’interactions devient quasi permanent.
Il peut par exemple, commencer  son parcours client sur son ordinateur, poursuivre cette expérience dans son salon avec sa tablette et finaliser l’achat sur son mobile, couché dans son lit. Il peut aussi entamer une recherche d’informations sur un produit dans une rame de métro, un bus ou un tramway, vaquait à ses occupations, reprendre cette tâche, le soir en rentrant chez lui… Tout laisser en l’état et utiliser quelques jours plus tard, son ordinateur pour lire des avis sur internet et finalement ne pas acheter le produit en ligne mais en magasin…

Plus de 7 achats sur 10 commencent sur un appareil et se terminent sur un autre…

Réseaux sociaux, shopping, vidéo, jeux en ligne, divertissement; les usages numériques ne cessent de s’étendre depuis le lancement du smartphone en 2007 et l’arrivée de free sur le marché du mobile en 2011. Les français passent en moyenne 13 heures par semaine sur Internet. Ils consacrent chaque jour, 29 minutes de leur temps à regarder des vidéos via un ordinateur. 48% sont socionautes. Chaque jour, 2 millions de français regardent la télévision depuis leur ordinateur, smartphone ou tablette. Enfin, selon Mediametrie, 43,5% des 15 – 24 ans ont déjà consultés des commentaires sur la télévision via les réseaux sociaux.

DEMAIN

Les objets connectés

On nous annonce 50 milliards d’objets connectés dans le monde en 2020, soit 6,5 fois plus que la population mondiale. A cette échéance, chaque individu possédera environ 6 objets connectés. Avec le raccourcissement des délais d’adoption et d’intégration des technologies dans notre quotidien, ces chiffres sont loin d’être surestimés. La question n’est pas de savoir si les objets connectés vont s’installer dans notre vie, mais quels objets vont réussir à le faire. Le frigo connecté ? Difficile d’imaginer son succès… Le frigo connecté partage avec la télévision 3D, une caractéristique commune : ce sont des fonctionnalités très « sexy » mais dont va valeur ajoutée pratique est faible. La montre connectée ? Peut-être, mais à condition de ne pas surévaluer ses promesses au risque de décevoir les attentes. Le commerce connecté, La maison, la santé et le bien-être seront certainement les quatre grands domaines technologiques qui imposeront l’usage des objets connectés au quotidien. Ces marchés à fort potentiel mais encore « primitifs » vont radicalement transformer le visage du numérique et des sociétés…

La décennie 2020 – 2030, consacrera l’immersion des individus dans un environnement où tout sera connecté, où tout communiquera. La géographie, le temps et l’espace auront fusionné, dessinant une continuité numérique…

 ET LES ENTREPRISES DANS TOUT ÇA ?

Pour les entreprises, le défi est immense. Comment suivre ce consommateur multi et omni-connecté ? Comment garder le contact avec lui au moment où il transitera sur un autre appareil, dans des lieux distincts, à des moments différents ? Comment gérer cette fragmentation des supports, des lieux et du temps ? Le « tracking » et l’exploitation massive de données personnelles deviendront la norme. Mais si les entreprises pensent trouver leur salut uniquement dans la data et la « couche logicielle », c’est l’échec assuré.

Stocker une quantité phénoménale de données dans d’immenses matrices numériques de manière opaque, ne fera qu’augmenter la méfiance du consommateur à leur égard…

Le match ne se jouera pas sur le terrain technologique, mais sur celui de la transparence. De plus, avec l’internet des objets, l’équation risque de devenir encore plus complexe, surtout quand 70% des personnes pensent que les objets connectés présentent de sérieux risques pour eux et pour leurs données personnelles…

consommateur-multiconnecte-haute-resolution

Source : LK Conseil

Laisser un commentaire