La capitalisation boursière de Snapchat n’en finit plus de fondre. L’action de l’application aux messages et photos éphémères a atteint son plus bas niveau 5 mois et demi après son introduction en bourse.

La ruée sur l’action Snapchat lors de son introduction en bourse a fait long feu. Depuis, son entrée remarquée, la capitalisation de l’application au fantôme n’a cessé de fondre, perdant 55 % en moins de 6 mois. La rivalité avec le géant Facebook et les chiffres décevants étant responsable de ce désintérêt.

Snapchat : des chiffres décevants pour les investisseurs

Facebook est bien décidé à tuer Snapchat a petit feu. Avec Instagram, le géant des réseaux sociaux, qui ne cesse de plagier les fonctionnalités de l’application au fantôme, fait effectivement tout pour détourner les utilisateurs de Snapchat et cela fonctionne. En effet, les récents chiffres publiés par l’application aux photos et messages éphémères ne sont guère rassurants.

Snapchat vient effectivement de publier des chiffres trimestriels qui montrent que l’application souffre toujours de lourdes pertes, que la croissance du parc d’utilisateurs montre un ralentissement et le chiffre d’affaires est bien inférieur aux espérances des marchés financiers. Pire encore, de nombreux investisseurs doutent désormais que l’application au fantôme puisse passer un cap prouvant sa pérennité.

Des utilisateurs difficilement monétisables

Outre la rude concurrence offerte par Facebook, Snapchat souffre, par ailleurs, d’un problème avec son très jeune public. Essentiellement constitué de jeunes de 12 à 18 ans, il est assez difficile de pouvoir monétiser sur un tel public à la différence de Facebook qui vise beaucoup plus large.

Selon les experts, le revenu moyen par utilisateurs de Snapchat ne serait que de 1,05 dollar alors que le revenu moyen par utilisateur de Facebook serait lui de 4,23 dollars. Une différence colossale qui déplaît aux investisseurs qui croient de moins en moins au potentiel de l’application aux photos et messages éphémères. Seule consolation pour l’application au fantôme, elle fait mieux que Twitter…

Source : begeek

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.