«J’hésite à liker» , «Je n’aime  pas», «Je like mais on se comprend». Il est des statuts Facebook pour lesquels on aimerait tant qu’un bouton «dislike» («je n’aime pas») existe. Cela n’arrivera pas. C’est Bret Taylor  le créateur du bouton «like » lui-même qui l’a expliqué au site Techradar.

«Un bouton dislike sur Facebook aurait des répercussions néfastes»

Le sujet a été beaucoup débattu. Car les internautes réclamaient cette fonctionnalité. Mais, affirme Bret Taylor, «sur les réseaux sociaux, un bouton chargé de toute cette négativité aurait des répercussions néfastes. Lorsque nous avons créé le bouton like c’est parce que beaucoup de gens avaient parfois juste envie de dire qu’ils approuvaient un statut sans d’autres choses spécifiques à ajouter. Ils voulaient  juste exprimer un «waouh » ou un  «cool!». Rien de tel pour un bouton «dislike» semble-t-il. «Si vous n’aimez pas quelque chose, il est préférable justement que vous écriviez un vrai commentaire car lorsque vous n’aimez pas vous avez des choses à dire, et des mots pour le dire». Une réinterprétation, en somme, de l’adage d’André Gide : «On ne fait pas de bonne littérature avec de bons sentiments». 

Source: www.20minutes.fr

See on Scoop.itMarketing web 2.0

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire...
Saisissez votre nom