Le Marketplace de Facebook n’était initialement disponible qu’en Australie, au Royaume-Uni, en Nouvelle-Zélande et aux États-Unis.

Facebook a voulu élargir la zone de couverture de sa plateforme et l’a étendue le 14 août dernier dans dix-sept pays européens à savoir : la France, l’Italie, la Belgique, la Suisse, l’Allemagne, l’Espagne, l’Autriche, la République Tchèque, le Danemark, la Finlande, la Hongrie, l’Irlande, l’Italie, le Luxembourg, les Pays-Bas, la Norvège et la Suède.

Si en France le marché des ventes entre particuliers est détenu par LeBonCoin (entre 25 et 26 millions de visiteurs par mois), l’arrivée du Marketplace sur le marché européen risque de faire de l’ombre à son homologue français qui rencontre actuellement des problèmes liés à la multiplication des annonces d’arnaqueurs.

Face aux fonctionnalités que Marketplace a à offrir, les sites comme Ebay ou Craiglist ont peut-être des soucis à se faire.

La sécurité, une priorité pour Marketplace

Les utilisateurs qui ont installé leur application pourront non seulement avoir accès aux petites annonces des particuliers se trouvant à proximité d’eux, mais aussi publier leurs propres annonces depuis leur smartphone.

Le marchandage entre l’acheteur et le vendeur se fera via Messenger.

Pour éviter à ses utilisateurs de tomber sur des arnaques, Marketplace permet aux acheteurs d’évaluer le profil des vendeurs. Selon Deborah Liu, vice-présidente de Marketplace, il est possible de connaitre l’identité des vendeurs, de voir depuis combien de temps ils sont sur Facebook ou même de vérifier le nombre d’amis en commun.

Si l’annonce s’avère douteuse, la plateforme met à disposition des usagers une option de signalement.

Marketplace compte s’imposer en Europe

Après avoir conquis les États-Unis, Marketplace est en bonne voie pour voler la vedette aux autres plateformes de commerce entre particuliers. Cette application mobile bénéficie déjà des deux milliards d’utilisateurs de Facebook pour faire fructifier son marché.

En France, la plupart des sites comme LeBonCoin permettent uniquement à leurs utilisateurs de faire des transactions à l’échelle nationale. Craiglist de son côté ne possède pas d’applications mobiles. De telles failles pourront inciter les consommateurs à se tourner vers l’application de Facebook.

Depuis le lancement du Marketplace, les échanges entre les vendeurs et les clients sur Facebook ne cessent d’augmenter.

Source : FZN

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.