Créée par trois Français installés en Californie, la start-up Wit.ai développe des fonctions vocales pour les produits high-tech de la génération Internet des objets.

A peine éclose et déjà avalée par Facebook…la start-up Wit.ai, qui cherche des jonctions entre le langage naturel et l’Internet des objets, vient d’être rachetée par le réseau social. Le montant de l’acquisition n’est pas signalé.

Créée par trois Français installés en Californie (Laurent Landowski, Alexandre Lebrun et Willy Blandin), Wit.ai développe des fonctions de reconnaissance vocale associées à la vague des produits high-tech de la génération Internet des objets en creusant la dimension intelligence artificielle.

La petite équipe, constituée d’une dizaine de personnes, était en train de monter un écosystème de développeurs (6000 inscrits) et d’ériger des API pour s’ouvrir à d’autres applications. Des synergies avaient commencé à être montées avec Pebble, fabricant californien d’une montre connectée.

Soutenue par Y Combinator (programme de développement accéléré des start-up de la Silicon Valley), Wit.ai a levé 3 millions de dollars en octobre dernier. Les fonds Andreessen Horowitz, Ignition Partners, NEA (New Enterprise Associates) et SV Angel (USA) et Alven Capital (France) avaient apporté leur soutien. Parmi les business angels, on trouvait aussi Simon Dawlat (fondateur d’AppGratis) et l’acteur Ashton Kutcher.

Sur la contribution blog de Wit.ai annonçant le rapprochement avec Facebook, l’équipe reste discrète sur les coulisses du deal. « La plateforme restera ouverte et entièrement gratuite pour tous. »

Comment l’équipe sera intégrée à Facebook et ses activités ? Le réseau social, qui s’est transformé en mobile company, laisse planer le mystère.

On sait qu’elle cherche à séduire les développeurs d’applications en pariant sur le triptyque Build-Grow-Monetize, comme le rappelait Julien Lesaicherre, Directeur des partenariats de Facebook EMEA et Parse (plateforme pour la conception d’applications en dehors de Facebook), rencontré lors de la session LeWeb Paris le mois dernier (voir vidéo ci-dessous).

Mais elle pourrait aussi contribuer à renforcer les compétences de Facebook en matière d’intelligence artificielle. Le réseau social s’impliquant vraiment dans la R&D associée à ce domaine depuis un an.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.