Un sonomètre sur les quais de Seine, une station météo sur le toit de la mairie, des stations pollution sur le gymnase Armand-Silvestre et le stade Jean-Blot…

Depuis l’été dernier, la ville de Courbevoie se couvre de capteurs, à l’initiative de la société Mobile Tech People -Fullrama à partir de mars 2018- qui installe ses équipements jusqu’au printemps sur le territoire communal.

Toutes les données recueillies en temps réel seront d’ici quelques semaines communiquées aux habitants sous forme de « widgets » météo et pollution, s’affichant sur le site Internet de Courbevoie et son application smartphone.

Les différents types de capteurs installés à Courbevoie

« Courbevoie est notre showroom, nous déployons tous les services que nous développons sur cette ville, où notre société est installée, raison pour laquelle nous les avons proposés en priorité à la mairie », Nicolas Mouchon, directeur du développement chez Mobile Tech People.

« Cela ne coûte rien à la ville (NDLR : qui a concédé un droit d’exploitation jusqu’en 2032), si ce n’est la mise à disposition d’un agent si besoin pour l’accès à des zones techniques, explique Gérald Chirouze, directeur général des services techniques. La société cherchait une ville pour expérimenter son matériel, on trouvait cela intéressant, surtout parce qu’il s’agit de données en temps réel, ce qui n’est pas le cas de celles diffusées par Airparif ».

Même le club d’aviron va en profiter

Si les habitants seront certainement très preneurs des informations concernant la température, l’ensoleillement et la pollution, d’autres intéressent le service de la voirie, les entreprises, et même le club d’aviron de la ville.

Installée entre les ponts de Neuilly et de Courbevoie, la Société nautique de la Basse Seine (SNBN) est notamment équipée d’une station météo, d’une station pollution et d’un sonomètre -les quais sont le secteur de la ville où circulent le plus de véhicules. Grâce à la sonde météo, les équipes d’aviron bénéficient d’une mesure en temps réel du vent sur la Seine. « Si le vent dominant d’Ouest se lève au-delà de 30 km/h, les avironneurs ne peuvent pas remonter la Seine vers l’ouest, explique Fullrama sur sa fiche technique. Parce que l’écluse de Suresnes et le barrage peuvent relâcher de l’eau qui augmente le débit, et parce que le vent amplifie le courant ».

Les services techniques de la ville sont aussi très intéressés par les capteurs de salage : « Les capteurs posés dans la chaussée de la passerelle Léonard de Vinci, où il y a un effet vent qui accentue les gelées, vont nous permettre d’être plus efficients et de déclencher des interventions », estime Gérald Chirouze.

Deux cents capteurs de température sont également installés sur les bâtiments communaux, qui permettront un réglage plus rapide et plus adéquat de la température à l’intérieur des locaux, en fonction du climat extérieur.

Source : Le Parisien

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.