L’exploitation de données massives peut exposer l’entreprise à des risques juridiques et économiques méconnus, observent le Boston Consulting Group et le cabinet d’avocats DLA Piper dans leur étude sur « Le Big Data face au défi de la confiance ».

 

75% des personnes interrogées estiment que le caractère privé des données personnelles est un sujet de première importance. Dans les pays de l’UE étudiés (Allemagne, France, Italie, Espagne et Grande Bretagne), 89% des personnes interrogées estiment que les données financières et bancaires sont privées. Viennent ensuite les informations sur les enfants, la santé, le conjoint, mais aussi l’historique des appels téléphoniques, la géolocalisation, l’historique de navigation web ou encore les e-mails. Par ailleurs, la génération Y partage l’inquiétude des plus de 35 ans.

Source: www.silicon.fr

Laisser un commentaire