Ça vous turlupine depuis deux semaines. Ça vous donne des maux de tête. Vous avez même la nausée à tel point que manger devient un problème pour vous. En fait, vous êtes devenu nerveux. Quoi?! Passer des heures à écrire vos articles et constater que vos lecteurs ne réagissent pas vous rend malade…

Vous avez beau refaire votre article, le tourner dans tous les coins, rien. Vous avez même engagé un rédacteur web freelance sur Upwork pour donner une nouvelle touche à vos articles. Mais par malheur, vous êtes tombé sur un rédacteur moyen.

Résultat : il n’y a eu aucun changement sur votre trafic, personne ne s’est inscrit sur votre liste d’emails. Vous vous êtes même effondré lorsque vous avez jeté un coup d’œil à vos statistiques Google. Ce que vous avez vu a failli vous causer un AVC : votre taux de rebond a frôlé les 98,99% !

Dépité, vous avez même eu l’intention de laisser tomber votre blog. Mais vous savez quoi ? Vous n’êtes pas le seul.

Saviez-vous que 99% des blogueurs et rédacteurs de contenu ont du mal à rédiger des introductions de blog qui captivent le lecteur ?

Si vous faites partie de ces 99%, vous êtes en grave danger. Pire, vous devriez fermer votre blog. Mais vous savez quoi ? Ce n’est pas encore la fin du monde.

Écrire des introductions de blog ne sera plus un problème pour vous dès que vous aurez lu cet article.

Continuez à lire et je vous promets qu’à la fin, vous aurez des techniques pour écrire des articles qui vont FORCER vos lecteurs à lire vos articles comme s’ils avaient fait 2 jours sans manger. Votre taux de rebond va diminuer et descendre jusqu’à 6%. Croyez-moi, vous êtes un gagnant désormais.

Alors, comment faire pour atteindre de tels résultats ? Il s’agit de bétonner votre introduction. Vous devez faire une introduction qui se démarque, qui séduit, captive et attire l’attention du lecteur. Si ce n’est pas le cas, votre article de blog ira tout droit à l’échec.

Imaginez cette scène : vous êtes invité à un mariage. Vous avez reçu une jolie invitation bien conçue, puis vous imaginez déjà la soirée, le décor, le repas. Et le jour J, vous êtes tout excité. Mais lorsque vous allez au mariage, votre humeur se froisse. La salle est mal décorée. À l’entrée, aucune hôtesse n’est là pour vous accueillir, vous souhaiter la bienvenue, ni pour vous conduire à votre place.

Dites-moi, comment allez-vous réagir ? Allez-vous rester dans la salle ou sortir en vitesse ?

Cette question, c’est ce que se posent vos lecteurs lorsqu’ils arrivent sur votre site. Parfois même, vos titres sont captivants, mais dès l’introduction, ils s’enfuient comme si la peste avait contaminé votre blog.

Pour vous donner des chances de réussir, vous devez apprendre comment fonctionne ma mécanique des introductions hypnotiques. Vous croyez que c’est difficile ? Non, pas du tout. Regardez comment faire.

Mais avant, il faut un bon titre, un titre qui va motiver le lecteur à continuer à lire. Si vous faites un mauvais titre, vous êtes déjà MORT, car c’est le titre qui va déterminer la lecture d’un article qui vous a pris 5 heures à rédiger.

Un bon titre + une bonne introduction font déjà 40% d’un article de blog à succès.

Si le rôle du titre est de motiver le lecteur à entamer l’introduction, celle-ci doit l’inciter à continuer de lire l’article. Même si vous avez fait un titre fantastique, si les premières lignes de l’introduction sont pitoyables, le lecteur n’ira pas loin.

Voici donc 7 façons d’introduire votre article de blog.

1. La formule PAS (problème – agitation – solution)

Cette formule a été créée par Dan Kennedy, un copywriter anglo-saxon. L’avantage de cette formule est qu’elle est simple, mais très puissante.

Cette approche exige de connaître parfaitement son lecteur, ses peines, ses frustrations, pour que vous puissiez rédiger une introduction qui le secoue.

Voici comment elle se décompose :

Vous présentez le problème du lecteur ;

Vous décrivez le lecteur en proie à ses souffrances ;

Vous annoncez la solution.

Exemple :

« Vous en avez marre. Cette fois, cela ne peut plus durer.

Vous allez fermer votre page Facebook.

Déjà 9 mois que vous y êtes et rien ne change.

Vous publiez, vous faites de la pub tout ça pour ce maigre résultat ?

Pas même 20 fans, pas même de commentaires.

Vous savez quoi ?

Je suis aussi passé par là.

Je sais ce que vous devez faire. »

Quels que soient votre marché de niche, votre secteur, cette introduction marche du tonnerre.

2. La question unique

Exemple :

« Avez-vous du mal à promouvoir vos articles de blog ? Voici un guide pratique qui vous détaille 28 tactiques pour populariser votre blog comme Kim Kadarshian. »

Voici un exemple de question que j’ai rédigé en 20 secondes. Elle est efficace : elle captive directement l’attention du lecteur, car celui-ci a l’impression que c’est à lui de répondre. Du coup, il se sent impliqué.

3. La double ou triple question

La double question suit la logique de la question unique, mais avec un renforcement d’effet et d’engagement.

Exemple :

« Votre page Facebook est nase ?

Vous perdez de l’argent sur vos publicités Facebook ?

Vos publications n’atteignent pas vos fans ?

Cela peut être frustrant. Je l’avoue. »

4. La citation d’un auteur ou d’un influenceur

Débutez votre introduction avec une maxime d’auteur renforce votre expertise et authentifie votre propos.

Exemple :

Eugene Schwartz disait : « Le but d’un titre est de faire en sorte qu’ils lisent la deuxième ligne ». Ici, votre attention est plus soutenue et vous vous attendez à ce que je soutienne ce propos par la suite. Et si le sujet vous intéresse, vous continuerez à lire.

5. Citer des statistiques incroyables et des faits chocs

Les statistiques servent aussi bien à crédibiliser vos propos qu’à surprendre vos lecteurs.

Exemples :

Si je dis : « Saviez-vous que 99% des blogs meurent avant 6 mois ? », vous serez en effervescence. Votre attention va augmenter et vous voudriez connaître pourquoi. L’atout ici est d’utiliser des statistiques chocs si vous les avez.

Un autre exemple : « 80% des filles de 15 à 16 ans ont déjà eu des rapports sexuels ». Si vous avez une fille de cet âge-là, vous serez très intéressé.

6. Raconter une histoire (storytelling)

Grand ou petit, on aime écouter des histoires, car elles nous ont toujours fascinés. Le but de raconter une histoire dans votre article est d’amener le lecteur à s’identifier à ce qui est dit. Si ce que vous écrivez lui rappelle sa situation, il sera davantage captivé.

Alors, rédigez une histoire en rapport avec la suite du contenu, qui inspire le lecteur et dans laquelle il s’identifiera fortement. Cette histoire peut être votre propre expérience ou celle d’une autre personne.

7. Faire une entrée coup de poing

C’est ce genre d’introduction qui donne un coup de massue sur la tête du lecteur. Il s’attend à être consolé alors que vous faites le contraire. Vous débarquez comme un commando des navy seals… Et baf! Vous balancez des mots qui accusent le lecteur, vous le rendez coupable d’avoir mal agi.

Exemple :

« C’est de votre faute.

Oui, c’est la vôtre.

Si vos visiteurs vous fuient, c’est la vôtre.

S’ils ne lisent pas vos articles, ne partagent pas vos contenus, c’est toujours votre faute. »

En lisant ce type d’introduction, le lecteur se demande bien quelle faute il a commise. Il se sent gêné.

Comme votre mission est d’apporter des solutions à son problème, vous allez lui dire après cela que vous pouvez l’aider. Au fond de lui, il va dire « ouf ! ».

Prenons encore notre exemple précédent et améliorons-le :

« C’est de votre faute.

Oui c’est la vôtre.

Si vos visiteurs vous fuient, c’est la vôtre.

S’ils ne lisent pas vos articles, ne partagent pas vos contenus, c’est toujours votre faute.

Heureusement pour vous, il n’est pas trop tard.

Comme vous avez pris la peine de visiter ce blog aujourd’hui, je vais vous donner la solution pour rendre vos lecteurs accro à votre blog. Ils y seront collés comme des aimants à du fer et vous viendrez me remercier. »

Vous voyez comment j’ai procédé ? En fait, ce n’est pas si compliqué.

Pour conclure

Écrire des articles ne sert vraiment à rien si vos lecteurs ne les lisent pas jusqu’au bout. Google prenant en compte le temps passé sur votre site par les visiteurs, il est donc important de faire le nécessaire pour les captiver. Les méthodes citées dans cet article vous permettront d’atteindre vos objectifs.

Mettez-les en pratique dans votre prochain article et vous verrez que les lecteurs liront plus longtemps vos éditos.

Source : webmarketing&com 

3 Réponses

  1. Nicolas Durand

    Cet article est excellent, savoir à la fois captivé l’attention de ses visiteurs et le satisfaire du contenu est un challenge très difficile. Je crois que les 7 techniques avancés par l’auteur sont infaillibles, il ne reste plus qu’à les appliquer

    Répondre
  2. Olivier Girauld

    Point de vue partagé! Je n’ai plus rien à ajouter, il faut absolument partager cet article, c’est très pertinent et suggestif pour le référencement.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.