C’est l’épilogue d’une affaire remontant à 2013. Vendredi 3 avril, Kevin Christopher Bollaert, fondateur et administrateur du site de revenge porn ugotposted.com, arrêté en Californie en décembre 2013, a été condamné à 18 ans de prison après avoir été reconnu coupable de 27 chefs d’accusation dont celui d’extorsion et de vol de données.

Reconnu coupable le 3 février dernier d’être à l’origine de plusieurs sites de revenge porn, Kevin Bollaert, 28 ans et développeur de profession, attendait sa sentence.

Depuis décembre 2012, date à laquelle il a lancé ugotposted.com, le jeune homme permettait à des personnes éconduites et/ou nourries d’un sentiment de vengeance de publier des photos intimes d’autres personnes sans leur consentement.

Mais pour cela Kevin Bollaert exigeait que ces âmes vengeresses fournissent des informations personnelles sur leur victime : nom, prénom, mail, numéro de téléphone, adresse, lien Facebook et compte Twitter. À la date de son arrestation, Kevin Bollaert avait permis la publication de 10 170 photos de nus ou contenant des poses explicites.

La procureur de Californie s’était décidé à agir et interdire cette pratique face au nombre de suicide engendrés par les conséquences d’une telle publication en ligne.

En février, la procureur général de Californie, Kamala Harris, avait déclaré que ce site « a fait de l’humiliation publique et de la trahison une marchandise ayant le potentiel de dévaster des vies ».

En effet, les victimes n’avaient pas grand choix : si elles voulaient récupérer les photos piratées ou volées, elles devaient s’acquitter d’une rançon allant de 299.99 à 350$ (entre 273€ et 318€). Entre le 20 juin et le 26 aout 2013, il aurait ainsi reçu près de 2000 requêtes pour un bénéfice de 10 000$ en moins d’un an.

Kevin Bollaert lors de son procès – crédits : NBC

Lors du procès, l’une des victimes a fait état de la « spirale » qui a traversée sa vie, sa mère ne lui adressant plus la parole. Une autre a fait savoir qu’elle avait reçu pas moins de 400 messages sur les réseaux sociaux et du quitter l’université, elle a tenté de trouvé de l’aide auprès d’un hôpital psychiatrique.

Bien qu’il ait plaidé non coupable des 31 chefs d’accusation reconnus contre lui, Kevin Bollaert a été reconnu coupable de 27 d’entre eux, dont vol de données et recel d’identité, par le tribunal de San Diego (Californie).

« Cette condamnation montre clairement que les conséquences seront sévères pour ceux qui profitent de l’exploitation de victimes sur internet. S’asseoir devant un ordinateur et commettre des actes criminels et lâches ne protégera pas les prédateurs de la justice et de la prison» », a averti la procureur général de Californie.

En outre, Kevin Bollaert a été condamné à indemniser ses victimes à hauteur de 15 000$ et à payer 10 000$ d’amende pour la création de son site.

En France, la première condamnation pour Revenge porn a été prononcée en avril 2014. Le tribunal de Metz a condamné à homme de 35 ans à 12 mois de prison avec sursis et 35 000€ d’amende.  

Source: journaldugeek

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire...
Saisissez votre nom