Les utilisateurs intègrent de plus en plus de technologie dans leur vie quotidienne. Désormais multitâches, les utilisateurs exigent que les applications mobiles anticipent leurs besoins et leurs fournissent ce qu’ils veulent quand ils le veulent.

De Uber à Vine, en passant par Airbnb ou AlloResto, nous commençons à distinguer les tendances qui dominent le marché des applications mobile ces cinq prochaines années. De nombreux facteurs nous permettent d’imaginer ce à quoi elles ressembleront, les tendances sociales, comme l’économie de partage, ainsi que l’évolution de la technologie, avec des écrans de téléphone toujours plus grand, jumelés à de minuscules dispositifs portables, dessinent les tendances de demain.

Découvrez les 10 tendances dans le design d’applications mobile

1. Des écrans de téléphones toujours plus grands

L’utilisation de la « phablette» (un smartphone dont l’écran est d’une taille intermédiaire entre celui des smartphones et celui des tablettes tactiles) est de plus en pus courante. Les designers et développeurs doivent donc s’adapter à ce nouveau type d’écran.

Au delà d’un design plus grand, il est important de prendre en compte la façon dont les utilisateurs tiendront dans leurs mains la phablette. Cela signifie que les éléments qui étaient accessibles d’un glissement de pouce (quasi la totalité de l’écran pour un smartphone) ne le seront plus de la même façon sur une phablette, notamment le coin en haut à gauche de l’écran, d’autant plus que 10% des utilisateurs sont gauchers.

Afin que l’expérience utilisateur soit optimale, assurez-vous que tous les éléments interactifs sont assez grands pour être accessibles de chaque côté de l’appareil. Une autre idée serait de créer une interface personnalisée avec une option pour retourner l’interface utilisateur.

2. « Balayer » au lieu de taper

Le « swiping », en français le glissement ou balayage de l’écran, est une façon beaucoup plus naturelle d’utiliser un smartphone, notamment lorsque vous n’avez qu’une main de libre.

Comme en témoigne son milliard d’utilisateurs, l’application la plus populaire permettant de « swiper » est Tinder. Un glissement à droite pour liker, un glissement à gauche pour signifier que vous n’êtes pas intéressé.

3. Les technologies portables influent sur la conception d’applications mobile

La contrepartie d’avoir des écrans toujours plus grands est qu’ils sont désormais souvent accompagnés d’écrans plus petits appelés « wearables ». De l’anglais « wearable technology », qui signifie une technologie portable ou technologie mettable, est un vêtement ou un accessoire comportant des éléments informatiques et électroniques avancés. Elles incluent, entre autres, des lunettes (Google Glass), des montres connectées (Apple Watch) ou des bijoux.
The International Data Corporation prévoit qu’il se vendra 45,7 millions d’appareils de technologies portables en 2015, notamment des bracelets ou montres connectées (près de 40 millions), des vêtements et des lunettes. En effet, les sorties de l’Apple Watch et Android Wear ont pris le pas sur les technologies portables de santé ou fitness. Les « wearables » ne sont plus seulement des podomètres permettant également de surveiller son sommeil ou son rythme cardiaque, ce sont des appareils intelligents capables d’estimer votre temps de parcours pour vous rendre au bureau, les prévisions météos de demain, et vous rappeler de rendre visite à votre grand-mère. Mais comment cela va t-il impacter le travail des designers d’applications mobile ?
Même si Apple et Android offrent un certain nombre de suggestions pour leurs produits respectifs, nous en sommes encore aux balbutiements de cette tendance. Tout deux semblent néanmoins insister sur l’importance du regard.

Car, contrairement aux téléphones ou tablettes, qui obligent les utilisateurs à regarder pendant un certain temps les applications, les applications conçues pour les « wearables » doivent donner juste ce qu’il faut de contenu, à la bonne vitesse, pour l’utilisateur puisse l’intégrer d’un rapide coup d’œil, même du coin de l’œil. Cela signifie également que la typographie, le contraste des couleurs et le contexte (Où est l’utilisateur ? Quelles sont les données que l’utilisateur doit recevoir à ce moment précis ?) sont particulièrement importants lors de la conception et le développement des technologies portables.

Il s’agit là d’une technologie relativement nouvelle, il est donc important de prêter attention aux feedbacks des utilisateurs et de travailler sur de futures mises à jour régulièrement.

4. Layered flat design : le design plat en couches


Dans l’éternel débat opposant le flat design ou skeuomorphisme, peut-il y avoir un terrain d’entente?
Sur le plan esthétique, le skeuomorphisme est, pour ses détracteurs, une appropriation éculée de textures réelles dans un contexte numérique. Le flat design, en passe de devenir LE webdesign de cette décennie, ne va pas sans ses détracteurs non plus : dépourvu de toutes textures ou reliefs, il est parfois difficile de discerner les éléments qui sont interactifs et ceux qui ne le sont pas.

Un compromis semble avoir été trouvé : le « layered flat design » (que l’on pourrait traduire par le design plat en couches) ou ce que Google appelle « material design ». Ce design tend à se rapprocher du flat design, mais avec quelques principes empruntés au skeuomorphisme : comme le flat design, les éléments de conception en couches sont toujours de nature géométrique, avec des blocs de couleurs. Mais comme le sskeuomorphisme, le « layered flat design » emprunte des contours du monde naturel, plus précisément, la façon dont les objets se déplacent et interagissent les uns avec les autres. Les ombres et autres effets de lumière sont de retour !
Les résultats de cette fusion du flat design au monde naturel est que l’utilisateur dispose d’une compréhension plus intuitive de la façon dont les éléments fonctionnent entre eux sur un écran. Les objets retrouvent de l’inertie lorsque vous les manipulez sur votre appareil. Ils peuvent sembler avoir du poids lorsque vous les faites glisser autour de l’écran, ou projeter des ombres sur des éléments. Ce design apporte l’ergonomie du skeuomorphisme mélangé à l’esthétique du flat design pour créer une expérience utilisateur intelligente.

5. Plus de mouvement

Non seulement nos appareils mobiles deviennent de plus en plus des ordinateurs en puissance, mais avec le déploiement de la 4G, vous avez davantage de liberté pour animer le design de votre appli.

Le mouvement permet ainsi d’attirer l’œil sur un élément spécifique, guider l’utilisateur vers une action, ou simplement créer une expérience utilisateur plus agréable et surprenante. Les smartphones sont maintenant assez avancés, et leurs réseaux assez forts, pour profiter de l’animation HTML5 ou du parallax design, que vous utilisez déjà sur vos ordinateurs. Avec plus de puissance et de bande passante, les applis mobile se sont mises en mouvement, et cela ne fait qu’encourager nos smartphones à devenir plus intelligents.

6. Des couleurs primaires plus douces

A chaque saison sa palette de couleurs ! Cette année, la tendance est aux couleurs primaires avec un léger contraste, des tons plus doux. Il s’agit d’une conséquence du design minimaliste ou du flat design sur les applications mobile, et des couleurs tendances de cette année.

Pantone soulignait au printemps dernier que le choix des couleurs tendait vers des couleurs « plus froides et plus douces avec des tons chauds subtiles ». Cette simplicité, appliqué à la création d’applis, permet d’avoir une expérience moins dispersée, le contraste des couleurs attirant davantage votre regard. Regarder un écran lumineux peut être une épreuve pour vos yeux, mais en édulcorant ces couleurs et en baissant l’éclat, le design de votre appli sera plus harmonieux et plus agréable.

7. La typographie se renforce

Ces deux dernières années, iOS et Android ont optimisé leurs systèmes d’exploitation pour permettent d’utiliser des polices plus lisibles et vectorielles.
La seconde conséquence de l’agrandissent des écrans est d’utiliser la typographie pour ajouter de la beauté et de l’expression au design de votre application mobile.
Vous pouvez désormais laisser la typographie délivrer un message puissant d’une manière minimaliste.

8. L’arrière plan flou

L’arrière-plan choisi par les utilisateurs, ainsi que la façon dont de nombreuses icônes ou widgets vivent sur cet arrière-plan peuvent rendre votre application très difficile à lire. L’incorporation d’un effet de flou gaussien rendra ainsi votre application plus lisible.

9. L’innovation au cœur des applications d’accessibilité

Les nouvelles tendances dans la création d’applications mobile ont également permis de créer des applications plus accessibles. Une mise en page simple accompagnée de grandes polices et grans éléments nécessitent un effort visuel moins important. Les petits gestes de la main, comme le fait de glisser, par opposition aux mouvements qui nécessitent plus de précision (pincer pour zoomer, taper deux fois) sont plus faciles d’utilisation. Les applications plus également désormais plus accessibles aux personnes souffrant de déficience visuelle.
L’avènement des tablettes et phablettes rendent ainsi la conception d’applications mobile accessibles à un plus large public.

Ayez à l’esprit que de créer une application accessible signifie qu’il faut être critique quand à l’utilisation de ce produit (est-ce que la mise en page est personnalisable pour quelqu’un qui a besoin d’un texte plus grand et plus lisible ? ) Poser vous les bonnes questions et rédiger une liste de vérification peut vous permettre de vous assurer de l’accessibilité de votre application.
The Accessibility Project offre un certain nombre de ressources pour les concepteurs et les développeurs afin de rendre leurs produits disponibles et utilisables par un large public.

10. Un prototypage plus intelligent

prototypage

Toute création d’application commence par un prototype, il s’agit parfois d’une simple armature dessinée sur un bout de papier. Mais la conception d’une appli mobile est plus complexe d’un dessin figé, il faut également envisager l’application en mouvement. Les designers doivent aujourd’hui très clairement communiquer leurs intentions aux développeurs afin d’éviter de perdre du temps.

Grâce aux solutions de prototypage d’aujourd’hui, et avec peu ou pas de connaissances de codage, le designer peut ainsi créer un prototype qui montre comment l’utilisateur va à interagir avec l’application, ainsi que tous les animations nécessaires à la conception de l’application.

Sources : jebossedansleweb ; proto.io 

Laisser un commentaire